Les algues favorisent-elles l’immunité ?

Les algues favorisent-elles l’immunité ?

Mis en ligne il y a 3 ans dans Nutrition santé

Depuis les années 1920, on connaît le lien direct entre magnésium et immunité. De nombreuses recherches l’ont démontré (1). Les effets des sels de magnésium sont remarquables : «ils ont une action heureuse sur le métabolisme général, ce qui explique la multiplicité de leurs effets. (2)» Après avoir été oubliées, ces recherches refont surface. L’action du magnésium sur le système immunitaire est reconnue. Il barre la route aux virus et aux maladies. Et devinez quoi ? Les aliments qui contiennent le plus de magnésium sont… les algues.

Certains composés du wakamé améliorent l’état des personnes atteintes du virus de l’herpès, et certains se seraient révélés actifs contre le virus du Sida (3). Est-ce pour cela ou pour l’iode contenue dans les algues que les pays consommateurs d’algues connaissent un taux «anormalement» bas du virus du HIV, que le nombre de cancer du sein est six fois moins important chez les femmes japonaises et que chez les femmes occidentales (4) ?

Les algues alimentaires améliorent la réponse immunitaire chez les personnes atteintes du VIH, et qui n’en présentent pas les symptômes (5). Elles sont particulièrement riches en béta-carotènes, pigment connu pour son activité antitumorale (algues Nori) et antimutagène (algue Entéromorphe). Des résultats indiquent une grande efficacité de ces pigments dans l’inhibition des cellules cancéreuses (6).  In vitro, les effets des algues sont relativement bien connus. Elles possèdent des activités antitumorales, antiproliférative  et antioxydantes notoires, dus à leurs polysaccharides et à d’autres molécules.

Actuellement, ces pistes sont complétées par des recherches françaises. Les molécules testées sont issues de petites algues rouges très présentes sur les côtes bretonnes : les résultats confirment les effets des algues sur l’immunité. Elles stimulent et influencent le système immunitaire. Après des tests in vitro, les potentiels de l’activité thérapeutique dans le traitement de la leucémie, font l’objet d’un brevet en cours d’étude. Associée aux thérapies adaptées, les molécule algales pourraient représenter un espoir dans la lutte contre la leucémie.

Une autre équipe, bretonne également, planche sur les effets des molécules de certaines algues sur les tumeurs cérébrales foudroyantes. Différents extraits ont été sélectionnés, parmi eux, deux fractions d’algues présentent une activité anti-tumorale supérieure au traitement actuel. L’exploration de nouvelles molécules permet d’espérer une meilleure survie des personnes souffrant de ces maladies.

 

Notes : 

1 Pierre Delbet, Politique préventive du cancer, Sciences libres.

2 Pierre Delbet, Actions biologiques des sels halogènes de magnésium, Bulletin de l’Académie de médecine, séance du 10 juillet 1928.

3 Véronique Leclerc,Jean-Yves Floc'h, Les secrets des algues, éditions Quae

4  Jane Teas, Ph.D., Dietary Seaweed and Early Breast Cancer: A Randomized Trial, University of South Carolina Columbia, SC 29208, May 2006

5 Teas J, Patterson K, Royer J. Could dietary algae protect against HIV progression ? HIV nutrition, update february 15, 2005

6 K. Murugan and V.V. Iyer, 2012. Antioxidant and Antiproliferative Activities of Marine Algae, Gracilaria edulis and Enteromorpha lingulata, from Chennai Coast. International Journal of Cancer Research, 8: 15-26.

 

 

 

 

 

0 commentaires