C'est l'histoire d'une rencontre entre Bretons : tous fous d'algues !

Alexis est un pionnier de la culture d'algues en mer, Régine écrit des livres de recettes d'algues, Anne organise des sorties algues sur l'estran pour apprendre à les cueillir tout en les préservant, Valérie enseigne la biologie marine à l'université de Brest, Alain promeut les bienfaits des algues dans le monde agricole pour développer l'immunité des plantes et des animaux, Andrée fait partie d'une association de cueilleuses d'algues, Françoise en mange tous les jours, Thierry veut apprendre à les connaître, Aurélie les trouve jolies….

Nous sommes tous fous d'algues ! … Mais pourquoi, nous direz-vous ?

Nous sommes tous installés dans notre péninsule, certains dirons au bout du monde, où les algues ont une grande place dans notre patrimoine naturel et notre histoire. Avec la plus grande façade maritime de France (6500km de côtes tout de même), un brassage des eaux maritimes, notre région nous offre les conditions idéales à leur développement avec 90% de la production nationale et nous place au premier rang de la ressource européenne !

Un peu oubliées avec l'ère de la pétrochimie, nous voulons qu'elles retrouvent une place d'honneur parce qu'elles :

  • Produisent les 2/3 de notre oxygène au niveau planétaire,
  • Représentent une véritable richesse face à l'épuisement de nos ressources naturelles et peuvent être une solution alternative face aux modes de productions agricoles actuels,
  • Fournissent un apport protéique et autres nutriments avec peu d'impact environnemental face aux besoins liés à l'évolution de la population mondiale,
  • Apportent un grand intérêt dans ses composants actifs liés à la santé, aux matériaux et l'alimentation humaine, animale et végétale,
  • Sont des "cerises sur notre gâteau", tellement délicieuses quand on sait les cuisiner et plus, si on sait les cueillir et les cultiver,
  • Permettent le développement d'entreprises et d'emplois locaux.

Bref, c'est une potion presque magique !!!

Alors, nous nous sommes pris à rêver et avons concocté une bonne recette à partager !!

Depuis 2017, nous avons :

  • Réunis des compétences dans la production, la cueillette, la transformation, la science en biologie marine, la cuisine, la communication et la formation,
  • Officialisé tout ça dans une association : FOOD'ALGUES,
  • Organisé un programme d'interventions et d'animations,
  • Développé des partenariats,
  • Créé du site internet. Vous trouverez sur ce site des articles scientifiques, des information sur la nutrition/santé, des recettes et des cours de cuisine, des actualités économiques, techniques ou scientifiques et bientôt un forum...

C'est déjà un beau réseau régional avec l'envie qu'il devienne international.

Les courants les plus Fous sont tous à l'Ouest … rejoignez-nous comme simple utilisateur ou comme contributeur pour poster vos articles, vos recettes ou vos astuces.

Quelques questions souvent posées

Voir toutes

Risque-t-on de piller l’estran en allant cueillir des algues ?

Cette question revient régulièrement depuis que de nombreuses personnes s’intéressent à la cuisine aux algues et surtout depuis que des amateurs-trices vont en cueillir eux-mêmes. Que tout le monde se rassure : cela n’est pas près d’arriver. Le plus souvent les amateurs-trices sont encadré-es au départ, par des guides qui enseignent les bonnes pratiques (hauteur de récolte pour la repousse, respect de la règlementation…). De plus, un estran est si riche en algues qu’on peut les comparer à l’herbe dans une pâture. Un calcul d’après les estimations de la biomasse, m’a appris que cueillir régulièrement au même endroit reviendrait à prélever 0,002 % de l’ensemble des algues : soit une poignée d’herbe dans une pâture ! Il me semble que ces chiffres parlent d’eux-mêmes.

Les algues sont-elles trop salées ?

Voici une idée qui revient continuellement. En fait les algues ne contiennent que 4 % de sel environ. Très souvent quand on les cuisine, on pense qu’il est inutile de saler le plat. Mais la plupart du temps, après avoir goûté, on se rend compte qu’un peu de sel en plus s’impose. Toutefois, quand vous cuisinerez des algues sèches, goûtez-les avant. Certains paquets sont en effet trop salés : cela dépend de la période de récolte des algues, très certainement aussi du lieu. Quoi qu’il en soit, n’ayez qu’un seul réflexe : goûtez !

Puis-je manger des algues si j’ai de l’hypertension ?

Oui, sans problème. Les algues sont très peu salées (4 % environ), mais surtout elles contiennent des antioxydants, des fibres, des phytostérols qui apportent une action bénéfique sur l’hypertension. Les fibres des algues semblent d’ailleurs plus efficaces que les autres fibres pour diminuer le cholestérol sanguin et l’hypertension .

Comment savoir si mes algues en paillettes sont encore bonnes ?

Facile. Ouvrez le paquet et goûtez les paillettes. Si elles ont encore du goût (un franc goût iodé) alors elles sont bonnes. Utilisez-les. Un autre conseil : regardez la couleur de vos algues. Si elles sont gardé une belle couleur nette, alors c’est gagné. Si elles ont pâli, elles ont été exposées à la lumière, et ce n’est pas génial. En fait, la lumière détruit le pigment qui possède un intérêt alimentaire. Un peu comme une salade qui aurait blanchi. Vous pouvez quand même les cuisiner, mais ce sera moins intéressant. Si vous avez un doute, les algues sont formidables dans un compost ou au pied des plantes !